EDUCATION POUR TOUS

EDUCATION POUR TOUS

"Transfert et Création" selon Pierre-André Dupuis

Ce texte intitulé « Transfert et création » est de Pierre-André DUPUIS, philosophe français contemporain, enseignant à l’université de Nancy II. Dans ce texte DUPUIS rend explicite la notion de transfert en y associant celle de création. En effet, le transfert est une notion qui vérifie notre savoir-faire, nos compétences. Il est nécessaire de souligner que l’éducation au 21e siècle pose le problème de transfert. C’est là une question centrale sur les méthodes d’enseignement et d’apprentissage. Il s’agit ici d’un problème pédagogique. L’éducation de nos jours ne peut plus se limiter à la théorie, Il convient de joindre la pratique à la théorie. Il s’agit de savoir faire usage de ses capacités intellectuelles dans divers contextes possibles. Cependant, le transfert suppose la création, qui elle suppose une complémentarité entre ce qui peut être invariant, c'est-à-dire essentiel à retenir dans diverses expériences, et l’ouverture d’une pensée inventive.
Le transfert, en effet, se construit dans une articulation entre la découverte des invariants et les particularités des différents contextes. L’auteur du texte définit l’invariant non pas au sens de ce qui est sans souplesse mais comme constitutive de séries ouvertes où la spontanéité prend appuie sur l’exercice. L’invariant suppose une certaine ouverture forgée sur l’exercice et sur l’expérience. Comme il a été souligné plus haut, l’enjeux ici est pédagogique : Il s’agit de considérer les trois grandes conditions du transfert à savoir : La contextualisation, la décontextualisation et la recontextualisation. La polycontextualisation comme un exercice d’adhésion et de distanciation. La métacognition se situe ici dans le cadre d’une ‘’activité cognitive de prise de conscience’’ qui distingue les connaissances métacognitives aux conduites métacognitives, ces dernières étant une activité de prise de conscience. La contextualisation associe la maîtrise à la création. Pour qu’il y ait le transfert, le savoir doit être construit d’une façon active, compris et non pas mémorisé. La décontextualisation permet de créer dans de nouveaux contextes des possibilités de mise en perspectives antérieures, tandis que la recontextualisation permet de recadrer une nouvelle expérience en fonction de ressources acquises dans des expériences antérieures.
Par ailleurs, le transfert renvoie aux notions d’analogie et d’inventivité. Il s’agit, en effet de trouver dans les multiples situations envisagées des analogies que l’on peut structurer à partir de ce qui est essentiel et invariant. L e transfert allie la découverte à l’inventivité : La pensée inventive est fonction de la façon dont les situations apparaissent ainsi que des conditions générales de la synergie entre les registres de la pensée qui font partie des contraintes pour la compréhension de transfert. Ici, les essais et les erreurs sont considérés comme une sorte de dialectique créatrice.
Parlant des inter-registres du transfert, il est question d’abord de l’espace potentiel qui englobe la créativité première de l’enfant étendu jusqu’au monde de la culture et l’espace psychique qui se construit grâce à l’élaboration des relations entre contenant et contenus de la pensée. La créativité dans le transfert demande un esprit attentif et sensible non seulement sur ce qu’on apprend et sur toutes nos expériences.
En conclusion, il est à retenir qu’au-delà d’une polycontextualisation, le transfert reste possible. Grâce à nos facultés de création, nous devons comme le souligne H. Arendt ‘’cultiver la création de facultés’’. Les leçons de nos expériences passées doivent suffisamment nous enseigner sur nos erreurs et nos succès pour mieux nous porter dans le transfert.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 108 autres membres